La méditation : une hygiène mentale

La méditation : une hygiène mentale

Le Dr. Richard Davidson, professeur de psychologie et de psychiatrie, pionnier dans la recherche sur la neuroscience de la mindfulness, connu et reconnu pour ses recherches approfondies sur les effets de la méditation sur le corps et l’esprit, ainsi qu’auteur de très nombreuses publications scientifiques, propose une analogie très intéressante.

Il nous rappelle simplement que le nettoyage des dents n’a pas toujours été une habitude des êtres humains. Nous avons appris avec le temps que se nettoyer les dents tous les jours est bon pour notre hygiène corporelle et pour notre confort et notre bien-être. Nous avons donc très largement adopté cette pratique et en général, nous n’avons pas de mal à le faire ; au contraire, une fois l’habitude installée, nous ne nous sentons pas très bien quand nous ne le faisons pas – du moins arrivé à l’âge adulte. Nous ne disons jamais, ou rarement, que nous n’avons pas le temps de le faire.

Je trouve cette analogie très intéressante. Nous savons que le fait de ne pas se laver les dents peut avoir des conséquences très néfastes ; c’est bien pour cela que nous le faisons et que nous apprenons aux enfants de le faire. Et cela est d’autant plus vrai si notre régime alimentaire est riche en sucres raffinés : plus il y a de sucre dans ce que nous mangeons et buvons et plus il est important de se laver les dents.

Mais savons-nous que le stress et le manque de sommeil sont pour notre cerveau et notre bien-être mental ce que le sucre est pour nos dents et notre corps ? Les deux sont par ailleurs souvent associés : plus on est stressé et plus on aurait tendance à manger du sucre sous divers formes, avec un effet sur le système nerveux qui n’aide pas du tout à réduire le stress.

Or, la méditation est pour notre cerveau ce que l’hygiène buccale est pour nos dents : elle « nettoie » en quelque sorte. Et plus nous sommes stressés, plus prendre ce temps s’avère nécessaire. Les bienfaits seraient considérables si tout le monde adoptait cette pratique juste quelques minutes par jour – au moins juste le temps, par exemple, de se laver les dents en pleine conscience.