La pleine conscience en quelques mots

La pleine conscience découle d’une intention sincère d’être présent.e, conscient.e, authentique et d’avoir le cœur ouvert. Cela implique une attention à notre expérience interne et externe dans l’instant présent, une curiosité ouverte à ce qui est, et une volonté de lâcher nos jugements et préconceptions – ou du moins de les questionner. Cela implique que nous acceptions aussi de nous tourner vers ce qui est parfois inconfortable. Nous cultivons ainsi l’équanimité et une réponse à la vie qui est plus sage, aimante et non-réactive, ainsi qu’une capacité d’agir de manière plus juste.

En somme, il s’agit d’une manière d’être et de vivre pleinement présent.

Jon Kabat-Zinn (fondateur du programme MBSR), le décrit comme « le voyage d’une vie sur un chemin qui finalement ne mène nulle part, sauf à qui on est ». En effet, parmi les bienfaits on peut citer notamment une meilleure connaissance de soi, une meilleure compréhension et relation à soi-même, aux autres et à la vie en général, une certaine paix intérieure, le lâcher prise… ainsi que des bénéfices au niveau de la santé mentale et physique.

Il y a sept attitudes fondamentales de la pleine conscience, définies comme telles par Jon Kabat-Zinn. Par la suite, il en a rajouté trois autres. Toutes sont reliées entre elles ; ainsi, en cultivant l’une de ces attitudes, les autres se développent également :

  • l’esprit du débutant : un regard frais, ouvert, curieux ; prêt à voir et à vivre les choses comme si c’était chaque fois la première fois – ce qui est dans un sens vrai
  • l’acceptation: accueillir ce qui est en le voyant pour ce que c’est, au lieu d’y  résister et de vouloir à tout prix que ce soit autrement
  • le non-jugement : perception de nos jugements et préconceptions habituelles sans s’y attacher ; être témoin impartial de notre vie
  • la confiance : en soi-même, son intuition, ses valeurs, mais aussi aux autres, en la vie, …
  • la patience : respect du rythme de la vie, capacité de supporter l’incertitude, se donner l’espace et le temps pour vivre pleinement les choses
  • le non effort : c’est à dire, l’effort juste ; ne pas s’évertuer, ni forcer, ni vouloir à tout prix atteindre un résultat ou objectif ou prouver quelque chose
  • le lâcher prise : ou le « laisser être », ce qui est la même chose que le non attachement, le fait d’abandonner la volonté de contrôle

Ainsi que :

  • la gratitude
  • la générosité
  • la compassion

La méditation de pleine conscience

La méditation de pleine conscience est un entrainement de l’esprit où l’accent est sur l’« être » plutôt que sur le « faire ».

Nous pouvons la pratiquer en position assise (sur une chaise ou par terre, sur un coussin ou banc de méditation), allongée, debout ou en mouvement, les yeux ouverts ou fermés. Afin de nous aider à rester présent.e.s et attentif.ive.s, nous pouvons focaliser notre attention sur un objet tel que la respiration, les sons, les sensations corporelles…

Il est possible de méditer seul.e, en silence ou dans un endroit bruyant mais pour la pratique dite formelle, il vaut mieux avoir un endroit approprié, calme. Les méditations en groupe sont guidées, avec des périodes de silence plus ou moins longues entre les paroles de la personne qui guide. C’est ainsi que nous pouvons soutenir notre pratique avec des enregistrements de méditations.